Inscription / Connexion Nouveau Sujet
Niveau licence
Partager :

Les assises de la paix et de la liberté, prélude au front pop.

Posté par
Corentinx
01-10-20 à 16:04

Bonjour,

Je suis étudiant en Licence d'histoire 1ère année et j'ai un commentaire a effectuer sur l'article d'André Chamson paru dans le Cahier des droits de l'homme, le 10 Août 1935 et intitulé "Les assises de la paix et de la liberté, prélude au Front Populaire"

Or, je n'arrive pas à former de plan pertinent me permettant d'élaborer une bonne problématique.

Les seules idées que j'ai réussi à sortir du texte sont :
- Le barrage au fascisme
- Un fond de communisme
- Un mouvement aux allures révolutionnaires
- Une union solennel historique
- Un appel à la liberté
- Les prémices du Front Populaire.

Si quelqu'un pourrai m'aiguiller sur un plan et une problematique pertinente cela m'aiderai beaucoup.

Bien Cordialment.
Corentin.

Posté par
gbm Webmaster
re : Les assises de la paix et de la liberté, prélude au front p 01-10-20 à 18:38

Bonjour,

Serait-il possible d'avoir le texte en question ?

Posté par
Corentinx
re : Les assises de la paix et de la liberté, prélude au front p 01-10-20 à 20:27

Au matin du 14 juin 1935, Les Assises de la Paix et de la Liberté se sont réunies aux portes de la capitale, sur les immenses gradins du Vélodrome Buffalo. À ce moment-là ni Paris ni la province n'avaient fait déferler à travers les rues leur masse révolus et disciplinées et nul ne pouvait assurer encore que la vigilance populaire répondrait entièrement à l'appel du comité d'organisation.
Ces circonstances de tout leur sens aux Assises de la Paix et de la Liberté. Avant l'engagement des masses populaires, avant la réponse que devaient apporter des centaines de milliers d'hommes marchant sous les acclamations des faubourgs pavoise,10000 porteurs de mandats venaient prêter le serment solennel de faire barrage au fascisme et se liaient les uns aux autres par un même acte de volonté lucide qui faisait d'eux les responsables du grand mouvement dont le peuple seul pouvait devenir le réalisateur. [...]
Trois grands moments ont donné son sens à cette assemblée. Ils peuvent apparaître comme ayant symbolisé, dans leur émotion puissante et grave, le passé, le présent et l'avenir tels qu'ils apparaissent à ces hommes qui, de partager la même volonté, ce sentirent pris ce matin là par une espérance commune.
Le passé ? Tout pouvait l'évoquer, tous l'évoquait avec force, la date de la réunion et ses circonstances. Mais il apparut que le destin avait voulu le condenser dans un seul fait et comme le cristalliser en une minute de silence. À l'appel de son président, l'Assemblée se leva pour accompagner d'un pieux hommage la dépouille du Capitaine Dreyfus dont on célébrait alors les obsèques. Rien ne pouvait relier de façon plus concrète le souvenir des batailles et des victoires du passé aux luttes de l'heure présente. [...] Cette assemblée ne manquait donc pas d'unité profonde. Mais pourtant tous ces hommes, hier encore habitués à lutter isolément chacun dans son organisation ou dans son parti, avaient besoin de sentir s'opérer entre eux la synthèse de tous les symboles et de toutes les forces qui peuvent lutter pour la paix, pour le pain et pour la liberté. Dans le déroulement des discours, ce fut le discours de Jacques Duclos qui apporta l'étincelle d'où jaillit ce moment de communion. Tous les délégués, dressés d'un seul mouvement, le poing levé, entonnèrent la Marseillaise et l'unirent à L'internationale, faisant ainsi de ces deux hymnes un même appel à la fraternité est à la justice, lancé par les mêmes hommes sur les longues routes de l'histoire. Ceux qui avaient désappris de chanter l'hymne de 92 marquaient ainsi qu'il se sentaient les vrais gardien des destins de la Nation française et les continuateurs de ceux qui la donnèrent en exemple au monde dans le passé. Confondant dans une même voix tous les accents des régions de France, 10000 hommes rendaient dans ce matin de 14 juillet l'hymne de la Grande Révolution à sa signification originale.
Il ne restait plus alors à tous ces hommes, réunis par un même amour de la justice, décidés à s'opposer aux entreprises de la barbarie et de la misère qu'à lier l'avenir par un serment solennel. Plus fortement encore que le silence d'une minute, que le chant de deux hymnes alternés, sous le frémissement des drapeaux, la réponse unanime de ces dix mille volontés et de leur espérance quand une voix juvénile eut achevé la lecture du serment que des centaines de milliers d'hommes devaient prêter le soir même devant la statue de Baudin, les délégués répondirent d'une seule voix: "Nous le jurons! ", il n'y avait dans leur attitude ni raideur, ni enmphase [...]. Pour chacun, au contraire, ce serment n'était que la conclusion logique d'une certitude confirmer et d'une décision totale. Ce n'était pas tant pour eux de prêter serment qui avait une signification, mais de le prêter ensemble en se sentant emportés par un de ces événements qui dépassent les hommes et fixent la marche de l'histoire.

Posté par
Corentinx
re : Les assises de la paix et de la liberté, prélude au front p 01-10-20 à 20:27

Excusez moi pour le délai j'ai du le recopier manuellement .

Posté par
Corentinx
re : Les assises de la paix et de la liberté, prélude au front p 01-10-20 à 20:51

J'ai finalement pensé au plan et à la problématique suivante :

PROBLEMATIQUE : En quoi Les assises de la paix et de la liberté du 14 juillet 1935 reflètent-elles les valeurs du Front populaire ?

PLAN :

I- Un rassemblement à la dimension populaire
A/ Des références au communisme
B/ Un mouvement aux allures révolutionnaires
C/ Le rapprochement des gauches


II- La défense de la nation et de la liberté
A/ Un mouvement antifasciste et pour le pascifisme
C/ Une union patriotique
B/ Un instant solennel de communion

Est-ce correcte ou des modifications doivent être apportées ?

Posté par
gbm Webmaster
re : Les assises de la paix et de la liberté, prélude au front p 02-10-20 à 09:25

Bonjour,

Je te réponds ce WE, j'aurai plus de tps

Posté par
gbm Webmaster
re : Les assises de la paix et de la liberté, prélude au front p 03-10-20 à 09:52

Bonjour,

En lisant ce texte, voici les idées que je relève :

Citation :
Au matin du 14 juin 1935, Les Assises de la Paix et de la Liberté se sont réunies aux portes de la capitale, sur les immenses gradins du Vélodrome Buffalo. À ce moment-là ni Paris ni la province n'avaient fait déferler à travers les rues leur masse révolus et disciplinées et nul ne pouvait assurer encore que la vigilance populaire répondrait entièrement à l'appel du comité d'organisation.

Ces circonstances de tout leur sens aux Assises de la Paix et de la Liberté. Avant l'engagement des masses populaires, avant la réponse que devaient apporter des centaines de milliers d'hommes marchant sous les acclamations des faubourgs pavoise,10000 porteurs de mandats venaient prêter le serment solennel de faire barrage au fascisme et se liaient les uns aux autres par un même acte de volonté lucide qui faisait d'eux les responsables du grand mouvement dont le peuple seul pouvait devenir le réalisateur. [...]

Trois grands moments ont donné son sens à cette assemblée. Ils peuvent apparaître comme ayant symbolisé, dans leur émotion puissante et grave, le passé, le présent et l'avenir tels qu'ils apparaissent à ces hommes qui, de partager la même volonté, ce sentirent pris ce matin là par une espérance commune.

Le passé ? Tout pouvait l'évoquer, tous l'évoquait avec force, la date (=> échos au 14 juillet mais la date de publication de l'article est aussi intéressante, lire ceci : ) de la réunion et ses circonstances. Mais il apparut que le destin avait voulu le condenser dans un seul fait et comme le cristalliser en une minute de silence. À l'appel de son président, l'Assemblée se leva pour accompagner d'un pieux hommage la dépouille du Capitaine Dreyfus dont on célébrait alors les obsèques. Rien ne pouvait relier de façon plus concrète le souvenir des batailles et des victoires du passé aux luttes de l'heure présente. [...] Cette assemblée ne manquait donc pas d'unité profonde. Mais pourtant tous ces hommes, hier encore habitués à lutter isolément chacun dans son organisation ou dans son parti, avaient besoin de sentir s'opérer entre eux la synthèse de tous les symboles et de toutes les forces qui peuvent lutter pour la paix, pour le pain et pour la liberté. Dans le déroulement des discours, ce fut le discours de Jacques Duclos () qui apporta l'étincelle d'où jaillit ce moment de communion. Tous les délégués, dressés d'un seul mouvement, le poing levé, entonnèrent la Marseillaise et l'unirent à L'internationale, faisant ainsi de ces deux hymnes un même appel à la fraternité est à la justice, lancé par les mêmes hommes sur les longues routes de l'histoire. Ceux qui avaient désappris de chanter => en gros les communistes qui préfèrent chanter l'Internationale l'hymne de 92 marquaient ainsi qu'il se sentaient les vrais gardien des destins de la Nation française et les continuateurs de ceux qui la donnèrent en exemple au monde dans le passé. Confondant dans une même voix tous les accents des régions de France, 10000 hommes rendaient dans ce matin de 14 juillet l'hymne de la Grande Révolution à sa signification originale.
Il ne restait plus alors à tous ces hommes, réunis par un même amour de la justice, décidés à s'opposer aux entreprises de la barbarie et de la misère qu'à lier l'avenir par un serment solennel. Plus fortement encore que le silence d'une minute, que le chant de deux hymnes alternés, sous le frémissement des drapeaux, la réponse unanime de ces dix mille volontés et de leur espérance quand une voix juvénile eut achevé la lecture du serment que des centaines de milliers d'hommes devaient prêter le soir même devant la statue de Baudin (), les délégués répondirent d'une seule voix: "Nous le jurons! ", il n'y avait dans leur attitude ni raideur, ni enmphase [...]. Pour chacun, au contraire, ce serment n'était que la conclusion logique d'une certitude confirmer et d'une décision totale. Ce n'était pas tant pour eux de prêter serment qui avait une signification, mais de le prêter ensemble en se sentant emportés par un de ces événements qui dépassent les hommes et fixent la marche de l'histoire (écho au serment du jeu de paume ).


Bleu = insistance sur la masse et l'unité populaire
Rouge = échos à des événements de l'histoire :
- la Révolution française
- la Révolution bolchévique
- l'affaire Dreyfus
Vert = les principales idées revendiquées

Posté par
gbm Webmaster
re : Les assises de la paix et de la liberté, prélude au front p 03-10-20 à 10:01

A la lumière de ce surlignage, ta problématique et ton plan ne sont pas mal du tout !

Citation :
PROBLEMATIQUE : En quoi Les assises de la paix et de la liberté du 14 juillet 1935 reflètent-elles les valeurs du Front populaire ?

PLAN :

I- Un rassemblement à la dimension populaire et historique (?)
A/ Des références au communisme => j'imagine que tu as prévu d'aborder notamment la référence à la révolution bolchévique ? Ensuite, il faudra effectivement faire le lien entre les revendications de cette assemblée et celle du parti communiste)
B/ Un mouvement aux allures révolutionnaires => cf. les lien que j'ai fourni dans l'article surligné. Faire également le lien entre entre les idéaux de cette assemblée et celle de la Révolution française
C/ Le rapprochement des gauches : ça va être la partie la plus dure à développer car elle n'est mentionnée qu'à travers une seule phrase "Mais pourtant tous ces hommes, hier encore habitués à lutter isolément chacun dans son organisation ou dans son parti"


II- La défense de la Nation et de la liberté
A/ Un mouvement antifasciste et pour le pacifisme : cf. éléments surlignés en vert.
Il y a aussi la lutte contre l'antisémitisme à travers l'écho à l'affaire Dreyfus

C/ Une union patriotique : cf. éléments surlignés en bleu
B/ Un instant solennel de communion : ok


Posté par
gbm Webmaster
re : Les assises de la paix et de la liberté, prélude au front p 05-10-20 à 10:49

Tout est OK ?

Répondre à ce sujet

Seuls les membres peuvent poster sur le forum !

Vous devez être connecté pour poster :

Connexion / Inscription Poster un nouveau sujet
Une question ?
Besoin d'aide ?
(Gratuit)
Un modérateur est susceptible de supprimer toute contribution qui ne serait pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi.


Mentions légales - Retrouvez cette page sur l'île de l'histoire géographie
© digiSchool 2020
15 requêtes   0.0462 sec.  

Vous devez être membre accéder à ce service...

Pas encore inscrit ?

1 compte par personne, multi-compte interdit !

Ou identifiez-vous :


Rester sur la page

Désolé, votre version d'Internet Explorer est plus que périmée ! Merci de le mettre à jour ou de télécharger Firefox ou Google Chrome pour utiliser le site. Votre ordinateur vous remerciera !