Inscription / Connexion Nouveau Sujet
Niveau terminale
Partager :

comment de document

Posté par
moussolony
09-04-20 à 17:55

Bonjour

La tendance actuelle du marché mondial des produits tropicaux a fait perdre a la côté d ivoire en moyenne,sur les dix dernières années, plus de trois milliards de dollars par an.cette perte est essentiellement due au fait que le cacao a perdu 35% de sa valeur ,le café 40% et le coton 50%.cette dégradation des termes de l échange a fortement pesé sur la dette extérieure de ce pays.une telle situation impose la nécessité de poser le problème de la poursuite du développement économique sur une base agricole dans les termes nouveaux(..).le modèle ivoirien a donné un rôle prioritaire a l agriculture(..).la tendance dominante de l agriculture ivoirienne est sa polarisation sur quelques produits comme la café et le cacao.le café a lui seul,rapport au pays 20% des recettes totales,quand au cacao ,il rapporte en moyenne 280 milliards de FCFA par an.
Les tentatives de redressement qui ont été menées n ont fait que ajouter d autres produits ,comme l ananas,le palmier a huile et l hévéa dont les sensibilites aux variations du revenu sont les mêmes (..)plutôt que de faire aussi la promotion vivrier.l agriculture ivoirienne demeure dans la réalité une agriculture dont l essentiel du capital financier et technique reste entre les mains des gros producteurs et des sociétés privés au détriment de la majorité paysanne avec de petites parcelles aux méthodes rudimentaires(...)
Le dynamisme de l économie de plantations provient des facteurs climatiques et des fluctuations des prix imposés par l extérieur (...).l ensemble de sa production est extraverti et très peu est transformé sur place.Dans les échanges de la cote d ivoire avec les pays africains, l agriculture joue un rôle insignifiant ,dû a la faiblesse de l importance accordée au secteur vivrier(...)
Le système ivoirien de vente des produits agricoles ,contrairement aux apparences ,présente d énormes failles.Il est totalement désorganisé>>

Source: Dadier Atteby, juillet 2001,cote d ivoire ;pour une nouvelle option agricole ,cité dans la revue 'Afrique industrie n°5 pp23

Questions
1/Dégagez l idée générale du texte
2/quels sont les problèmes de la politique agricole de la cote d ivoire évoqués par l auteur?
3/Etes vous d avis avec l auteur lorsqu  il affirme que ;<<le système ivoirien de vente des produits agricoles ,contrairement aux apparences présente d enormes failles.il est totalement désorganisé>>justifiée
Réponse

Question1
La baise du marché ivoirien
Question 2
Des facteurs climatiques
Des fluctuations des prix imposés par l extérieur
Question 3
J ai besoin d aider

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 09-04-20 à 18:13

Bonjour moussolony,

Je te conseille de te concentrer sur ta dissertation avant d'attaquer un nouvel exercice, cela évitera de se disperser

Posté par
moussolony
re : comment de document 09-04-20 à 20:06

OK,est ce que tu pourrais m aider s il  vous plait

Posté par
moussolony
re : comment de document 02-05-20 à 11:48

Bonjour
Ma dissertation est terminée
Est ce que tu pourrais m aider maintenant s il vous plaît ?

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 02-05-20 à 14:26

Bonjour moussolony,

Effectivement, j'avais complètement oublié qu'il y avait cet exercice à traiter : ce n'est pas trop tard ?

1. Attention, ce n'est pas la baisse du marché ivoirien, le dollar ne donnant un indice sur le fait qu'on parle bien des cours mondiaux de ces matières premières.

2. Pour t'aider, je te colore les choses utiles pour expliquer davantage les problèmes de la politique agricole :

Citation :
La tendance actuelle du marché mondial des produits tropicaux a fait perdre a la côté d ivoire en moyenne,sur les dix dernières années, plus de trois milliards de dollars par an.cette perte est essentiellement due au fait que le cacao a perdu 35% de sa valeur ,le café 40% et le coton 50%.cette dégradation des termes de l échange a fortement pesé sur la dette extérieure de ce pays.une telle situation impose la nécessité de poser le problème de la poursuite du développement économique sur une base agricole dans les termes nouveaux(..).le modèle ivoirien a donné un rôle prioritaire a l agriculture(..).la tendance dominante de l agriculture ivoirienne est sa polarisation sur quelques produits comme la café et le cacao.le café a lui seul,rapport au pays 20% des recettes totales,quand au cacao ,il rapporte en moyenne 280 milliards de FCFA par an.
Les tentatives de redressement qui ont été menées n ont fait que ajouter d autres produits ,comme l ananas,le palmier a huile et l hévéa dont les sensibilites aux variations du revenu sont les mêmes (..)plutôt que de faire aussi la promotion vivrier.l agriculture ivoirienne demeure dans la réalité une agriculture dont l essentiel du capital financier et technique reste entre les mains des gros producteurs et des sociétés privés au détriment de la majorité paysanne avec de petites parcelles aux méthodes rudimentaires(...)

Le dynamisme de l économie de plantations provient des facteurs climatiques et des fluctuations des prix imposés par l extérieur (...).l ensemble de sa production est extraverti et très peu est transformé sur place.Dans les échanges de la cote d ivoire avec les pays africains, l agriculture joue un rôle insignifiant ,dû a la faiblesse de l importance accordée au secteur vivrier(...)
Le système ivoirien de vente des produits agricoles ,contrairement aux apparences ,présente d énormes failles.Il est totalement désorganisé>>


3. Pour cette question, je pense qu'on te demande de faire appel à ton cours sur la politique agricole de la Côte d'Ivoire et de comparer tes connaissances à l'opinion de l'auteur.

PS : petite correction d'orthographe, on dit "j'ai besoin d'aide"

Posté par
moussolony
re : comment de document 02-05-20 à 22:19

Bonsoir
Les problèmes de la politique agricole de la côté évoqués par l auteur sont:
La tendance dominante de l agriculture ivoirienne est sa polarisation sur quelques produits .En effet, le café et le cacao apporte davantage de recette a la cote d ivoire .les tentatives de redressement qui ont été menés n ont fait qu ajouter d autres produits. C est a dire que l État encourage aussi la pratique des cultures vivrières et industrielles.De plus, les sensibilités aux variations du revenu sont les mêmes (..) plutôt que de faire aussi la promotion vivrier.Ainsi, les recettes sont les mêmes. L agriculture ivoirienne demeure dans la réalité une agriculture dont l essentiel du capital financier et technique reste entre les mains des gros producteurs et des sociétés privées au détriment de la majorité paysanne avec de petites parcelles aux méthodes rudimentaires .ici , les recettes et les techniques semble être détenus par les étrangers. Le dynamisme de l économie de plantations provient des facteurs climatiques et des fluctuations des prix imposés par l extérieur. L agriculture sujette aux aléas climatiques et le coût élevé des intrants.sa production est extraverti et très peu est transformé sur place. Les produits sont importés dans d autres pays.la faiblesse de l importance accordée au secteur ivoirien.L État ne s intéressé pas au vecteur vivrier.le système ivoirienne
De vente des produits agricoles présente d énormes failles.il est totalement désorganisé. La détérioration du marché ivoirien

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 03-05-20 à 08:41

Bonjour,

Je t'ai deux sortes de commentaires :

en bleu = commentaires pour la question 2
en vert = idées de développement pour la question 3

-----------------------------

Citation :
La tendance dominante de l'agriculture ivoirienne est sa polarisation sur quelques produits dépendant des fluctuations du marché. On peut par exemple évoquer le café et le cacao qui apportent davantage de recette a la te d'Ivoire mais dont les prix se sont effondrés. Les tentatives de redressement qui ont été menées n'ont fait qu'ajouter d autres produits tout aussi dépendants des prix imposés par l'extérieur.

C est a dire que l État encourage aussi la pratique des cultures vivrières et industrielles => attention, c'est ton point de vue, pas de celui de l'auteur qui déplore justement la faiblesse accordée à l'agriculture vivrière, qui est négligées au profit de grosses entreprises privées

De plus, les sensibilités aux variations du revenu sont les mêmes (..) plutôt que de faire aussi la promotion vivrier => tu contredis ce que tu viens d'écrire juste avant, à reprendre

Ainsi, les recettes sont les mêmes. L agriculture ivoirienne demeure dans la réalité une agriculture dont l essentiel du capital financier et technique reste entre les mains des gros producteurs et des sociétés privées au détriment de la majorité paysanne avec de petites parcelles aux méthodes rudimentaires => tu ne synthétises pas, tu ne fais que paraphraser le texte, attention à cela.
D'autre part, on en a déjà parlé plus haut


Les recettes et les techniques semble être détenus par les étrangers => idée intéressante car pas développée par l'auteur ! Si c'est le cas, par rapport à tes recherches ou tes connaissances du cours, il faudrait la développer dans la question 3.

Le dynamisme de l économie de plantations provient des facteurs climatiques et des fluctuations des prix imposés par l extérieur déjà évoqué plus haut.

En revanche, l'auteur ne développe par les facteurs ou aléas climatiques ayant pu impacter l'agriculture du pays => ce serait bien de développer cette idée à la lumière de tes connaissances en question 3

L agriculture sujette aux aléas climatiques et le coût élevé des intrants.sa production est extraverti et très peu est transformé sur place => pareil, idées non développée par l'auteur, idée intéressante pour la question 3

Les produits sont importés dans d autres pays.
la faiblesse de l importance accordée au secteur ivoirien.
L État ne s intéressé pas au vecteur vivrier.le système ivoirienne idée à développer pour la question 3 ?
=> attention, ça fait liste des courses là, il faut reprendre la forme

De vente des produits agricoles présente d énormes failles.il est totalement désorganisé. Idée à développer en question 3 ?

La détérioration du marché ivoirien


Posté par
moussolony
re : comment de document 03-05-20 à 10:26

Bonjour
Question 2
La tendance dominante de l agriculture ivoirienne est sa polarisation sur quelques produits dépendant des fluctuations du marché .on peut par exemple évoquer le café et le cacao qui apportent davantage de recette a la cote d ivoire mais dont les prix se sont effondrés. Et aussi les tentatives de redressement qui ont été menées n ont fait qu ajouter d autres produits tout aussi dépendant des prix imposés par l extérieur. ici, l autre déplore justement la faiblesse accordée a l agriculture ivriere ,qui est négligées au profit de grosses entreprises privés. Aussi, sa production est extraverti et très peu est transformée causé du capital financier et technique reste entre les mains des gros producteurs et des sociétés au détriment de la majorité paysanne avec de petites parcelles aux méthodes rudimentaires. C est a dire que les ivoiriens n ont pas assez d argent et aussi des usines pour fabriquer ces matières premières.

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 03-05-20 à 10:49

moussolony @ 03-05-2020 à 10:26

Bonjour
Question 2
La tendance dominante de l agriculture ivoirienne est sa polarisation sur quelques produits dépendant des fluctuations du marché. On peut par exemple évoquer le café et le cacao qui apportent le plus de recettes a la Côte d'Ivoire mais dont les prix se sont effondrés. Les tentatives de redressement qui ont été menées par l'Etat ivoirien n'ont fait qu'ajouter d'autres produits tout aussi dépendant des prix imposés par l'extérieur.
D'autre part, l'auteur déplore justement la faiblesse accordée à l'agriculture vivrière, qui est négligées au profit de grosses entreprises privées, dont le mode de production est de peu transformer ces matières premières sur place. Ce choix de fait en effet au détriment d'une agriculture de la majorité paysanne avec de petites parcelles aux méthodes rudimentaires. C est a dire que les ivoiriens n ont pas assez d argent et aussi des usines pour fabriquer ces matières premières. opinion personnelle, on supprime


Je te laisse réfléchir à la question 3, réfère-toi à mes commentaires en vert plus haut.

Posté par
moussolony
re : comment de document 03-05-20 à 14:18

Question 3
Nous adhérons l avis de l auteur .En effet les recettes et les techniques semble être détenus par les étrangers.c est a dire que les bénéfices récoltées par ces matières premières est dans la main des exportateurs.Aussi l agriculture sujette aux aléas climatiques et a certains maladies comme :swollen shoot pour le cacao.la production est extraverti et très peu est transforme sur pace.De plus,la détérioration des termes de l échanges et fluctuations des cours des matières premières. Et encore la fiscalité élevée c est l exemple du droit unique de sortie =12℅ initialement 17℅ du prix au kg pour les exportateurs

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 03-05-20 à 16:29

Il faut développer davantage ces différents aspects, en faisant des recherches sur le net par exemple

Posté par
moussolony
re : comment de document 05-05-20 à 09:29

Bonjour
Question3
Voici ma proposition
Nous adhérons l avis de l auteur .en effet, nous avons des difficultés sur terrain de la vente des produits.c est a dire que les vendeurs utilisent la vente au kg en matière de produits vivrières la banane plantain, l aubergine, le piment, le gombo et d autres produits vivriers qui était commercialisé au détail et passe maintenant sur la balance.avec la balance ,1 kg de banane plantains vendu a 150 FCFA et le kilogramme d aubergine a 200 FCFA.Aussi les vendeurs arrivent a faire des bénéfices .d autres par contre totalement opposés a cette méthode continue avec l ancien système la vente par unité ou par petit pour l heure la baisse des coûts sont ces,découler de la vente au kg reste une illusion puisque plus de,90℅ des commerçantes utilise la vente hors balance

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 05-05-20 à 09:54

Bonjour moussolony,

Parfois je me demande si tu tiens compte de nos conseils ou non ...

Dans mon message du 03-05-20 à 08:41, je t'ai proposé de développer ces idées de l'auteur ou des propositions que tu as faites (je te remets des extraits) :

Citation :
Les recettes et les techniques semble être détenus par les étrangers => idée intéressante car pas développée par l'auteur ! Si c'est le cas, par rapport à tes recherches ou tes connaissances du cours, il faudrait la développer dans la question 3.

(...)

En revanche, l'auteur ne développe par les facteurs ou aléas climatiques ayant pu impacter l'agriculture du pays => ce serait bien de développer cette idée à la lumière de tes connaissances en question 3

(...)

L agriculture sujette aux aléas climatiques et le coût élevé des intrants.sa production est extraverti et très peu est transformé sur place => pareil, idées non développée par l'auteur, idée intéressante pour la question 3

(...)

L État ne s intéressé pas au vecteur vivrier.le système ivoirienne idée à développer pour la question 3 ?

(...)

De vente des produits agricoles présente d énormes failles.il est totalement désorganisé. Idée à développer en question 3 ?


Et toi tu me fais un paragraphe sur le prix de ventes des produits agricoles quand c'est une idée déjà abordée en questions 1 et 2 ...

Bref, concentre-toi et propose-moi quelque chose qui ne vire pas au hors sujet pour la question 3

Posté par
moussolony
re : comment de document 05-05-20 à 17:17

Bonsoir
Voici ma proposition
Nous adhérons l avis de l auteur.car l agriculture joue un rôle insignifiant ,du a la faiblesse de l importance accordée au secteur vivrier.en effet, l utilisation d outils fiables et d intrants performants Sont méconnus des agriculteurs. Aussi le morcellement des terres et la désorganisation du secteur freinent la productivité. De plus, l agriculture est peu mécanisé et l équipement des exploitations familiales reste dominé par les outils traditionnels.Et encore l agriculture sujette aux aléas climatiques.le système ivoirien de vente des produits agricoles ,contrairement aux apparences ,présente  d énorme failles.il est totalement désorganisé.c est a dire sur le marché ivoirien.les vendeurs utilise la vente au kg en matière de produits vivriers.ce qui arrangé les vendeurs et les consommateurs . d autres par contre totalement opposé a cette méthode continue avec l ancien système la vente par unité[b][b][/b][/b]




[/url]

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 05-05-20 à 20:39

Bonsoir,

Mes commentaires :

Nous adhérons [bleu](à ne surtout pas faire en histoire-géographie, on emploie toujours le passif et la troisième personne) l avis de l auteur. L agriculture joue un rôle insignifiant, dû a la faiblesse de l importance accordée au secteur vivrier. En effet, l utilisation d outils fiables et d intrants (???) performants sont méconnus des agriculteurs => sont méconnues ou sont connues mais pas accessibles (car trop chers par rapport à leurs revenus) ?

Aussi le morcellement des terres et la désorganisation du secteur freinent la productivité => pourquoi ?

De plus, l agriculture est peu mécanisé et l équipement des exploitations familiales reste dominé par les outils traditionnels.

Et encore l agriculture sujette aux aléas climatiques => à détailler !

le système ivoirien de vente des produits agricoles ,contrairement aux apparences ,présente d énorme failles.il est totalement désorganisé. => tu ne fais que paraphraser l'auteur et ça n'apporte rien puisque ce paragraphe est une réponse à cette affirmation !

c est a dire sur le marché ivoirien.les vendeurs utilise la vente au kg en matière de produits vivriers.ce qui arrangé les vendeurs et les consommateurs => pourquoi ?

d autres par contre totalement opposé a cette méthode continue avec l ancien système la vente par unité => pourquoi ?

Posté par
moussolony
re : comment de document 05-05-20 à 22:51

Bonsoir
Voici ma proposition
il est vrai que l agriculture joue un rôle insignifiant ,dû  a la faiblesse de l importance accordée au secteur vivrier .En effet, l utilisation d outils sont fiables et d intrants performants sont connues mais pas accessibles par les agriculteurs. C est a dire que les produits vivriers sont trop chers par rapport a leurs revenus.Aussi le morcellement Des terres et la désorganisation du secteur freinent la productivité. Car l agriculture est peu mécanisée et l équipement des exploitations familiales reste dominé par les outils traditionnels.Et encore l agriculture sujette aux aléas climatiques.donc il est a la fois responsable et victime du réchauffement climatique. La sécheresse ,les inondations ,la hausse des températures sont autant de phénomène qui affectent la production agricole.de plus, sur le marché ivoirien .les vendeurs utilisent la vente au kg en matières de produits vivriers.ce qui arrange les vendeurs et les consommateurs .parce que les produits vivriers avec cette méthode ne sont pas trop cher et les vendeurs arrivent a faire aussi des bénéfices. D autres par contre totalement opposé a cette méthode continue avec l ancien système la vente par unité. Car les vendeurs se trouvent dans les endroits très sales pour vendre les produits vivriers et ces produits sont aussi trop chers

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 06-05-20 à 07:55

Bonjour,

Oui c'est mieux ! Mais attention à la contradiction :

moussolony @ 05-05-2020 à 22:51

Bonsoir
Voici ma proposition
il est vrai que l agriculture joue un rôle insignifiant ,dû a la faiblesse de l importance accordée au secteur vivrier .En effet, l utilisation d outils sont fiables et d intrants performants sont connues mais pas accessibles par les agriculteurs. C est a dire que les produits vivriers sont trop chers par rapport a leurs revenus.Aussi le morcellement Des terres et la désorganisation du secteur freinent la productivité. Car l agriculture est peu mécanisée et l équipement des exploitations familiales reste dominé par les outils traditionnels.Et encore l agriculture sujette aux aléas climatiques.donc il est a la fois responsable et victime du réchauffement climatique. La sécheresse ,les inondations ,la hausse des températures sont autant de phénomène qui affectent la production agricole.de plus, sur le marché ivoirien .les vendeurs utilisent la vente au kg en matières de produits vivriers.ce qui arrange les vendeurs et les consommateurs .parce que les produits vivriers avec cette méthode ne sont pas trop cher et les vendeurs arrivent a faire aussi des bénéfices. D autres par contre totalement opposé a cette méthode continue avec l ancien système la vente par unité. Car les vendeurs se trouvent dans les endroits très sales pour vendre les produits vivriers et ces produits sont aussi trop chers

Posté par
moussolony
re : comment de document 06-05-20 à 09:39

Bonjour
Je comprends très bien.
Je dois enlever ces phrases en beu dans ma rédaction

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 06-05-20 à 10:31

Non il faut corriger l'une ou l'autre, suivant les recherches que tu as faites: quels sont les obstacles à une promotion de l'agriculture vivrière d'un point de vue financier ?

Posté par
moussolony
re : comment de document 06-05-20 à 11:15

Je dirai que cela provoque le conflit entre ces vendeurs

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 06-05-20 à 13:49

C'est un fait établi ? Tu as une source pour justifier cela ?

On en revient toujours à la même méthode de base : il faut confirmer une affirmation avec des faits (article de presse, livre de géographie, cours, etc.)

Posté par
moussolony
re : comment de document 06-05-20 à 13:57

Vrai dire, je n ai pas trouvé une source pour justifier

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 06-05-20 à 16:06

Dans ce cas tu supprimes la phrase, il vaut mieux ne rien mettre quand on ne sait pas plutôt que d'affirmer quelque chose qui ne peut pas être prouvé.

C'est à cela qu'on peut dire que l'histoire est une science à part entière, elle en reprend les principes

Posté par
moussolony
re : comment de document 06-05-20 à 21:32

Question3
Voici ma proposition
il est vrai que le système ivoirien de vente des produits agricoles, contrairement aux apparences présentee d énorme failles.il est totalement désorganisé. En effet, l utilisation d outils fiables et d intrants performants sont connues mais pas accessibles par des agriculteurs. Aussi le morcellement des terres et la désorganisation du secteur vivrier freinent la productivité. Car l agriculture est peu mecanisee et l équipement des exploitations familiales reste dominé par des outils traditionnels.Et encore, l agriculture sujette aux aléas climatiques .il est a la fois responsable et victime du réchauffement climatique. La sécheresse. Les inondations ,la hausse des températures sont autant de phénomène qui affectent la production agricole. De plus, la côté d ivoire est aussi victime des fréquences de crise international. Ce crise entraine la baise de la demande sur le marché mondial et aggrave ausi la faiblesse des recettes fiscales qui entraine l insuffisante des ressources financières. En plus,la dette extérieure de la cote d ivoire était estimé a 3600 milliards et le service de la dette est a 500 milliard. Cette dette est passé a 89886 milliard en 1997 et est descendue a 5950 milliards en 2012.la dette intérieure quant a elle atteigna 1200 milliards en 1993 et puis passé 789,8 milliards en 2005.Face a cette énorme dette  , la cote d ivoire est classé depuis 2009 au rang des pays pauvres très endettés. Cette énorme dette a des conséquences néfastes sur l activité économique et son remboursement empêche a l État ivoirien de réaliser certains projets.En outre  les créanciers imposent souvent au pays des conditions qui porte préjudice a son développement économique qu attend a mettre l économique sous tutelle

[/u]

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 07-05-20 à 07:50

Bonjour,

C'est beaucoup mieux cette dernière proposition. J'ai modifié quelques phrases en bleu, tu peux les recopier désormais en l'état.

Concernant la dernière phrase de ton développement, il faut que tu expliques davantage ce que tu entends pas là.

Citation :
Question3
Voici ma proposition

Il est vrai que le système ivoirien de vente des produits agricoles, contrairement aux apparences présentee d énorme failles : il est totalement désorganisé. En effet, l utilisation d outils fiables et d intrants performants sont connues mais pas accessibles par des agriculteurs. Aussi le morcellement des terres et la désorganisation du secteur vivrier freinent la productivité. Car l agriculture est peu mecanisee et l équipement des exploitations familiales reste dominé par des outils traditionnels. En outre, l agriculture sujette aux aléas climatiques en est a la fois responsable et victime de ce réchauffement climatique. La sécheresse, les inondations, la hausse des températures sont autant de phénomène qui affectent la production agricole. De plus, la côté d ivoire est aussi victime des aléas internationaux tels que les fluctuations des cours des matières premières ou encore les crises (financière en 2008 par exemple) ou encore les confilts. Ces aléas extérieurs entrainent la baisse de la demande sur le marché mondial et aggravent aussi la faiblesse des bénéfices nets générés par l'agriculture à l'exportation, ce qui entraine une insuffisance des ressources financières disponibles pour le pays. En plus de cela,la dette extérieure de la te d Ivoire était estimé a 3600 milliards de FCFA et les intérêts (?) de la dette est a 500 milliard. Cette dette est passé a 89886 de FCFA milliards en 1997 et est descendue a 5950 milliards en 2012. La dette intérieure quant a elle atteignit 1200 milliards de FCFA en 1993 et puis passé 789,8 milliards en 2005. Face a cette énorme dette , la te d Ivoire est classé depuis 2009 au rang des pays pauvres très endettés. Cette énorme dette a des conséquences néfastes sur l activité économique et son remboursement empêche a l État ivoirien de réaliser certains projets nécessaires à l'agriculture.

En outre les créanciers imposent souvent au pays des conditions qui portent préjudice a son développement économique qu attend a mettre l économique sous tutelle => quelles sont ces conditions ? En quoi portent-elles préjudice à la politique agricole du pays ?


Posté par
moussolony
re : comment de document 07-05-20 à 10:43

Bonjour
En outre les créanciers imposent souvent au pays de faire tout son possible a rembourser cette dette extérieure.ce qui provoque la faillite de plusieurs entreprises qu attend a mettre l économique sous tutelle

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 07-05-20 à 11:05

Je n'ai pas vérifié cette affirmation mais j'en comprends l'idée : s'il y a une dette importante à rembourser, les rééchelonnements de dettes ou autres aides apportées par des instances internationales (FMI par exemple) conduisent à des contreparties.

Et des plans d'économie sont fait, cela se fait au détriment des investissements nécessaires pour le secteur politique agricole.

Ai-je bien résumé ton idée ?

Si oui, à formuler dans ce sens et on en aura fini.

Posté par
moussolony
re : comment de document 07-05-20 à 11:56

En outre les créanciers imposent souvent au pays de rembourser une dette importante.les rééchelonnements de dettes ou autres aides apportées par des instances internationales par exemple FMI conduit a des contreparties.Et des plans d ecomies sont fait , cela se fait au détriment des investissements nécessaires pour le secteur politique agricole

Posté par
gbm Webmaster
re : comment de document 07-05-20 à 12:58

Oui, ça fera l'affaire !

Posté par
moussolony
re : comment de document 07-05-20 à 13:19

Merci infiniment

Répondre à ce sujet

Seuls les membres peuvent poster sur le forum !

Vous devez être connecté pour poster :

Connexion / Inscription Poster un nouveau sujet
Une question ?
Besoin d'aide ?
(Gratuit)
Un modérateur est susceptible de supprimer toute contribution qui ne serait pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi.


Mentions légales - Retrouvez cette page sur l'île de l'histoire géographie
© digiSchool 2020
17 requêtes   0.0875 sec.  

Vous devez être membre accéder à ce service...

Pas encore inscrit ?

1 compte par personne, multi-compte interdit !

Ou identifiez-vous :


Rester sur la page

Inscription gratuite

Fiches en rapport

parmi 87 fiches d'histoire

Désolé, votre version d'Internet Explorer est plus que périmée ! Merci de le mettre à jour ou de télécharger Firefox ou Google Chrome pour utiliser le site. Votre ordinateur vous remerciera !