Fiche de histoire géographie
> >

L'occident féodal - Cours d'histoire de Cinquième

Partager :
(XI-XV : paysans et seigneurs, féodaux, souverains, premiers états, la place de l'église, l'expansion de l'occident)

Introduction


L'objectif de ce travail est de donner un aperçu de ce qu'a été l'époque féodale en occident dans la période allant du XIème au XVème siècle. Nous retiendrons pour cela deux caractéristiques essentielles de ce que fut sa mise en oeuvre et son organisation.

D'une part nous verrons comment s'y instituaient les rapports hiérarchiques entre le roi et les seigneurs locaux, et entre ceux-là et les populations.

D'autre part nous nous intéresserons à la place essentielle qu'y tenait l'église, aussi bien dans la vie sociale des populations que dans la vie politique des royaumes.

I - Le système politico-social de la féodalité


La féodalité peut être abordée autour de deux principaux rapports hiérarchiques dans lesquels un homme exerce son autorité sur un autre qui est alors désigné comme
vassal.

1) Vassalité dans le rapport du roi et des seigneurs locaux

Le premier de ces rapports s'instruit autour du roi et de ses vassaux, les seigneurs locaux, qui par la cérémonie de l'Hommage se place sous sa protection en lui jurant fidélité et allégeance. Et en retour le roi va confier aux seigneurs locaux des territoires du royaume, appelés alors fiefs.

Les fiefs et les titres de seigneurs sont transmis d'une descendance à l'autre. Une couche sociale dominante se construit ainsi progressivement : la noblesse.

Les seigneurs locaux sont généralement des chevaliers, c'est-à-dire de jeunes nobles formés à la lutte armée à cheval et qui reçoivent l'assentiment du roi lors d'une cérémonie appelée l'adoubement.

2) Vassalité dans les rapports des seigneurs locaux et des paysans

Le second rapport hiérarchique concerne les seigneurs locaux, propriétaires de terres, et leurs vassaux, des paysans qui assurent l'exploitation agricole des territoires. Des prélèvements, par le seigneur, sur la production de ces derniers ont régulièrement lieu.
La communauté paysanne se répartie en deux principaux groupes. Il y a ainsi les vilains, hommes relativement libre ; et il ya les serfs, esclaves vendus avec les terres qu'ils cultivent.

Dans ce cadre institutionnel et cet espace topographique, appelé seigneurie, le seigneur à toute autorité. C'est lui qui y rend la justice, ayant ainsi droit de vie ou de mort sur ceux qui enfreignent ses lois. Les vassaux sont de plus soumis à diverses impôts et travaux forcés tels que le champart, le cens, la corvée ou encore la banalité. Toute tentative de révolte des paysans était réprimée dans la violence et le sang.

Mais le seigneur local promet en retour d'assurer la protection de ses populations, les abritant notamment dans son château-fort en cas de grand danger.

II - Le rôle de l'église dans la féodalité


Dans le système féodal l'église chrétienne exerce un pouvoir qui dicte nombre de conduites et de pratiques aux paysans, tout comme aux souverains, le roi et les seigneurs locaux.

1) Le christianisme, religion d'Etat.

Parmi les signes de l'omniprésence religieuse au sein des instances souveraines, on peut citer le sacre du roi. Lors de son couronnement, le roi, entouré de ses seigneurs locaux, est ainsi sacré lors d'une cérémonie célébrée par l'évêque de Reims. D'une manière générale, pour affirmer son pouvoir, le roi devait entretenir une certaine connivence avec l'Eglise et le pape en particulier.

Le pouvoir religieux se manifeste aussi lors de cérémonies plus officieuses, telles que celle de l'adoubement des nouveaux chevaliers. Une nuit de prière précède ainsi l'acte de sacrement.

D'autres prérogatives religieuses jalonnent également la vie courante des populations. Les villages s'organisent autour des églises, la messe y est obligatoire, et l'ordre moral y est régit par les règles de l'Eglise chrétienne qui juge ainsi des comportements sociaux et privés considérés comme déviants.

2) Les croisades

Le pouvoir religieux apparait également prégnant dans le domaine militaire. Des guerres dites saintes sont ainsi engagées pour étendre le territoire du royaume et établir la religion chrétienne dans le monde.

C'est dans ce cadre qu'on lieu les croisades, ces conquêtes armées appelées de ses voeux par l'Eglise. De 1095 à 1291, divers combats se déroulèrent ainsi pour combattre l'expansion arabe et plus particulièrement pour conquérir Jérusalem, la ville où vécu donc Jésus Christ, figure tutélaire du christianisme.

A noter également qu'à partir de 1571 et la bataille de Lépante d'autres conquêtes d'obédience religieuse eurent lieu sur la péninsule ibérique ; il s'agit de la Reconquista.

Conclusion


Le XVème siècle va entériner une crise du système féodal et une rupture dans l'expansion occidentale.

Pouvoir inique et soumis à diverses dissensions internes, la féodalité révèle alors les prémisses de la fragilité de son équilibre politique. Le système s'épuise et émerge alors les débuts des Etats modernes.
Publié le
ceci n'est qu'un extrait
Pour visualiser la totalité des cours vous devez vous inscrire / connecter (GRATUIT)
Inscription Gratuite se connecter


Mentions légales - Retrouvez cette page sur l'île de l'histoire géographie
© digiSchool 2020
24 requêtes   0.0294 sec.  

Vous devez être membre accéder à ce service...

Pas encore inscrit ?

1 compte par personne, multi-compte interdit !

Ou identifiez-vous :


Rester sur la page

Inscription gratuite

Fiches en rapport

parmi 87 fiches d'histoire

Désolé, votre version d'Internet Explorer est plus que périmée ! Merci de le mettre à jour ou de télécharger Firefox ou Google Chrome pour utiliser le site. Votre ordinateur vous remerciera !